• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • 1945-2015_70 ANS SECURITE SOCIALE et BADGE_IHS-CGT

    1945-2015_70 ANS SECURITE SOCIALE et BADGE_IHS-CGT

  • 2016 11_VN n°196_Retraités… et Actifs

    2016 11_VN n°196_Retraités... et Actifs

  • Baniere_INDECOSA

    Baniere_INDECOSA

    Assurer et développer la protection, la formation, l’information et la défense des consommateurs et des locataires. Suivre la mise en œuvre d’actions consuméristes portant des valeurs sociales et environnementales.

  • Articles récents

  • Ambiance Musicale (si vous cliquez sur lecture)

  • Chaque semaine des dizaines d’emplois supprimés

    Chaque semaine des dizaines d'emplois supprimés

  • Articles

  • Tout est bon dans le macron

    logo-macron

  • NVO_Les McDO Mènent Une Lutte De Fond

    NVO_Les McDO Mènent Une Lutte De Fond

    Plus d'infos dans la page CGT Mac Donald's.

  • NVO Supplément du magazine de la CGT

    2014 09 05_NVO Supplément du magazine de la CGT

    Plus d'infos dans la page NVO.

  • cgt

  • TAFTA C’est quoi?

    2014 09_ALE - dossier compilé_Le Peuple N°1720

    Plus d'infos dans l'article; Accords Libre Echange (Danger)

Communiqué Inter-syndicale CFDT, CFE-CGC, CGT CCE: Alcatel-Lucent France 29 novembre 2012, 934 emplois menacés !

Posté par UL CGT ELBEUF le 2 décembre 2012

Communiqué Inter-syndicale CFDT, CFE-CGC, CGT CCE: Alcatel-Lucent France 29 novembre 2012, 934 emplois menacés ! dans Infos blog-logo017Lors de la réunion du CCE ALF ce matin [jeudi 29 novembre 2012] à Vélizy, la direction a donné les précisions sur le plan de restructuration dans la filiale    ALF.

Le chiffre de 996 postes supprimés est ramené à 934 postes.

Par site la répartition des suppressions d’emploi est la suivante :

  • => Vélizy 362 sur un total de 2086 17%
  • => Villarceaux 171 sur un total      de 1408 12%
  • => Ormes 53 sur un total de 326      16%
  • => Toulouse 16 sur un total de 111 14%
  • => Sophia Antipolis  19 sur un total de 22 86%
  • => Lannion 139 sur un total de 861 16%
  • => Orvault 122 sur un total de 541 23%
  • => Rennes 20 sur un total de 129 16%
  • => Eu 28 sur un total de 323 9%

Soit total 934 sur 5807 salariés 16%

Concernant les sites, la direction ferme Vélizy et tue Sophia (19 emplois supprimés sur    22).

Tableau de synthèse des suppressions d’emplois par site et organisations. (…)

Lire la suite sur le site de la CGT    Alcatel-Lucent

pdf-distTéléchargez le communiqué de l’instersyndicale CGT    CFDT et CFE-CGC

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

« Henri Krasucki 1924-2003 » : une biographie signée Christian Langeois

Posté par UL CGT ELBEUF le 1 décembre 2012

« Henri Krasucki 1924-2003 » : une biographie signée Christian Langeois dans Infos blog-logo016krasucki-1924-2003-189x300 dans InfosSyndicaliste de    premier plan, Henri Krasucki (1924-2003) devient une figure populaire médiatique dans les années 1980. Vingt ans après son remplacement à la tête de la CGT, dix ans après son décès, le personnage prend sa véritable dimension historique.

Une certaine tendresse à son égard transparaît aujourd’hui, d’autant qu’avec l’effondrement des pays    socialistes, la transformation du monde des salariés, pour beaucoup, l’image de l’ouvrier à casquette de Belleville, amateur de Mozart, est devenue objet d’histoire et de curiosité.

Robert Guédiguian dans son film L’Armée du crime, Didier    Daeninckx dans son roman Missak en ont fait un héros de légende. Ils ont rappelé ainsi son rôle dirigeant dans la résistance armée des FTP-MOI. Sans conteste, la première partie de sa vie (1924-1945), de jeune émigré juif polonais de Belleville devenu résistant communiste parisien,    arrêté, torturé puis déporté à Auschwitz, est essentielle pour comprendre l’intensité, les contradictions d’un homme pleinement engagé dans le XXe    siècle.

L’accès aux archives de la préfecture de police, du Parti communiste    français, de la CGT, de la police politique polonaise comme les entretiens inédits avec des acteurs dont « Krasu » lui-même, rendent possible aujourd’hui d’en dégager une réalité plus    complexe, en particulier son rôle dans la prise de distance de la CGT avec le PCF dès 1985. Christian Langeois nous livre ici la biographie vibrante et    émouvante d’une personnalité dont les vies construisirent un destin.

Le site de l’éditeur « Cherche midi » est ici

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Tract CGT Renault du 29/11

Posté par UL CGT ELBEUF le 1 décembre 2012

Tract CGT Renault du 29/11 dans Infos blog-logo015fichier pdf Tract_general (1).pdf-

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Alcatel Lucent de Eu (et d’ailleurs): Stoppons la descente aux enfers commencée avec la privatisation de France Telecom Orange

Posté par UL CGT ELBEUF le 1 décembre 2012

Alcatel Lucent de Eu (et d'ailleurs): Stoppons la descente aux enfers commencée avec la privatisation de France Telecom Orange dans Infos blog-logo014La nouvelle est tombée hier (jeudi 29 novembre) : la direction veut supprimer 28 postes à l’usine    Alcatel-Lucel de Eu (Seine-Maritime), dont 20 à l’atelier de fabrication, soit moins 9% sur un effectif de 323 personnes.
Le site avait déjà subi en 2009 un plan de licenciement avec une réduction de 40% des effectifs et des services    déplacés en Europe.

Rappel: à l’origine Alcatel était le principal fournisseur de France Telecom (Orange)! sa privatisation a tout    bouleversé !

Avant la privatisation de France Telecom (1997), l’usine de Eu comptait 1100 salariés. Depuis l’ouverture du marché et    la privatisation de l’opérateur historique, le groupe Alcatel n’a cessé de supprimer des emplois et de fermer des usines. Dans la région de Dieppe, il existait à l’époque une deuxième usine Alcatel (Anciennement Erickson), située elle à    Saint-Nicolas-d’Aliermont. Celle-ci a fermé à la fin des années 1990, après la privatisation de France Telecom Orange.

A noter que la valeur de l’action Alcatel-Lucent subit des fluctuations boursières parallèles à celles de l’action    Orange, preuve que leur sort est lié. En effet, après une énorme envolée à la fin des années 90, les actions d’Alcatel comme celles d’Orange ont subi un véritable effondrement à la suite de    l’éclatement de la « bulle Internet« . Leurs valeurs sont aujourd’hui 3 ou 4 fois en dessous de celle de leurs introductions en bourse (En savoir plus sur les    histoires parallèles d’Alcatel et d’Orange)

Orange, comme ses concurrents SFR et Bouygues, fait jouer la concurrence, et achète de plus en plus « Chinois »; par    exemple les produits, comme les DSLAM, de l’énorme coopérative chinoise Huawei, concurrent direct d’Alcatel-Lucent.

Aujourd’hui ce nouveau plan de restructuration (concernant 5 500 postes dans le monde dont plus de 1 400 en    Frane) a été détaillé  et confirmé par l’équipementier en télécommunication hier en CCE à Vélizy, dans les Yvelines.

Il ne faut pas se tromper: la seule perspective de relance de l’emploi dans ce secteur se trouve dans la    réappropriation publique du secteur des télécoms. Sans politique déterminée allant dans ce sens, ce nouveau plan de suppressions d’emplois sera suivi d’autres.

Pourtant les perspectives de développement sont là:

  • => Rien qu’en Haute-Normandie, la Région se prépare à annoncer qu’elle va soutenir la montée en très haut      débit du réseau des télécoms, avec le passage à la fibre optique jusque chez tous les abonnés; la dernière ligne modernisée à 200 Méga octets      le sera au plus tard en 2027; l’investissement de la région représenterait 1/3 des sommes nécessaires, soit plus de 220 millions d’euros.
  • => Dans le plan Ayrault que la CGT critique fortement par ailleurs, il y a des mesures      intéressantes; la mesure N°19 annonce que le gouvernement va faire une annonce le 23 février 2013, sur la montée en débit sur l’ensemble du territoire national; en fait il      s’agira de l’addition des plans préparés dans les régions.

Ce n’est pas au moment où tout va s’accélérer qu’il faut licencier et réduire la voilure chez Alcatel-Lucent !

La question que se pose aujourd’hui c’est: quelle sera la part d’Alcatel-lucent dans la    production des matériels nécessaires à cette montée en débit?

Les pouvoir public doivent avoir leur mot à dire dans l’utilisation de l’argent public    !

Ils doivent exiger:

  • => que les opérateurs achètent français et
  • => qu’Alcatel Lucent produise en France !

Ce sont des milliers d’emplois qui peuvent être créés dans le cadre de ce plan de montée en débit; pour la CGT, l’usine    de Eu et ses salariés doivent avoir leur part ! En attendant il ne fait pas que les compétences se perdent; les licenciements doivent être gelés !

 

 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Chiffre du chômage: Contre le chômage, une seule priorité : sécuriser l’emploi

Posté par UL CGT ELBEUF le 1 décembre 2012

Chiffre du chômage: Contre le chômage, une seule priorité : sécuriser l’emploi dans Infos blog-logo013travail-jeunes dans InfosLu sur le site de la    CGT

C’est une dégradation supplémentaire de l’emploi avec 5,2 millions de chômeurs toutes catégories confondus soit, +      1,6% sur un mois et + 8,9% sur un an !

Cette interminable détérioration de l’emploi en France inquiète et témoigne que la France est loin d’être sortie de      la crise. Nombre de salariés, de demandeurs d’emploi côtoient tous les jours précarité, petits boulots et indemnités minables.

Entendre régulièrement que la rigidité du marché du travail et le coût du travail sont les principaux responsables de      la situation du chômage, comme le dit Laurence Parisot patronne du Medef, est, à la fois caricatural et dogmatique. C’est mépriser les millions de personnes en attente ou à la recherche d’un      véritable emploi.

C’est pourquoi la Cgt insiste une nouvelle fois pour que la négociation sécurisation de l’emploi, ouverte début      septembre, débouche sur de nouveaux droits protégeant mieux l’emploi et combattant la précarité et la dérive des ruptures conventionnelles (plus d’un million à cette date).

De même ; il est urgent de mieux encadrer les plans de départs volontaires. Nombre d’entreprises usent et      abusent des facilités qui leur sont offertes à cet effet. La Cgt revendique par exemple un contrôle des aides publiques versées aux entreprises. Celles-ci devraient véritablement servir à      l’emploi, aux qualifications, à la recherche.

Parvenir à la conclusion d’un accord historique nécessite d’abord de mieux protéger les salariés et les demandeurs      d’emploi. Ce n’est pas en proposant la dégressivité des droits à l’assurance-chômage ou en facilitant encore plus les licenciements que la situation de l’emploi va s’améliorer. Le gouvernement      doit impérativement recadrer et conditionner les aides publiques aux entreprises.

La Cgt appelle les salariés, les demandeurs d’emploi à se mobiliser : Le 1er décembre à Paris contre le chômage      – pour l’emploi Le 13 décembre pour une journée d’action nationale, afin de faire entendre les revendications sur la sécurisation de l’emploi et les retraites complémentaires.

Montreuil, le 27 novembre 2012

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

« Le Capital » le nouveau film de Costa Gavras

Posté par UL CGT ELBEUF le 1 décembre 2012


Interview de Costa Gavras, à propos de son film…

Costa Gavras est interviewédans la NVO, le magazine de la CGT, à l’occasion de la sortie de son film « Le    Capital« .

Sorti le 14 novembre dernier,    « Le Capital » est un thriller financier adapté du roman éponyme de Stéphane Osmont.

Le thème: l’ascension fulgurante    d’un homme ordinaire, Marc Tourneuil, qui parvient à la tête de l’une des plus grosses banques européennes, Phénix.

Déjouant les guerres de successions et les intrigues financières, Gad Elmaleh incarne le rôle de ce jeune requin de la    finance, plongé dans l’univers impitoyable des marchés. Interview exclusive de Costa Gavras, réalisateur franco-grec engagé.

Bientôt (peut-être) sur nos écran à Dieppe. Pour ceux qui sont pressés, il est déjà à l’affiche à Rouen !

Bande annonce:

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans videos | Pas de Commentaire »

Dégât collatéral de la privatisation : les sirènes réduites au silence !

Posté par UL CGT ELBEUF le 1 décembre 2012

Dégât collatéral de la privatisation : les sirènes réduites au silence ! dans Infos blog-logo011sirenes-securite-civile dans InfosFaute de maintenance, une partie des 4 500 sirènes chargées d’alerter la population en cas de danger    immédiat sont en panne. Voilà une nouvelle affaire qui justifierait l’arrêt de la saignée des effectifs dans les services techniques et la    réappropriation publique des télécoms.

Cela fait le buzz, depuis quelques jours, sur Internet et à la télévision. Il faut dire que pour ne pas parler des    grands problèmes, par exemple de la crise en Europe (Grèce, Espagne, Portugal) ou de l’offensive patronale contre les droits des salariés à l’aide des délocalisations et des fermetures d’usines,    et à par les frasques de l’UMP, les médias n’ont pas grand chose à se mettre sous la dent.

Depuis, donc, qu’on n’entend moins les sirènes d’alerte retentir chaque premier mercredi du mois, celles-ci font    beaucoup parler d’elles.

Baptisé RNA — Réseau national d’alerte — ce système hérité de la Seconde Guerre mondiale connaît des dysfonctionnements    en raison d’un conflit juridique opposant le ministère de l’Intérieur et le groupe France Télécom-Orange.

Car c’était depuis la Libération, que l’administration des PTT, devenue France Telecom, puis Orange, assurait    l’entretien de ce réseau d’alerte, prévu notamment en cas de danger immédiat (catastrophe naturelle, accident nucléaire, nuage toxique, etc.).

En 2011, le groupe, privatisé depuis 1997, a décidé de ne plus assurer ce service.

La vraie raison,c’est que les suppressions massives d’emplois de techniciens réalisées depuis 1997 (soit la majeure    partie des 60 000 suppressions d’emplois qu’a connu cette entreprise e,n France et dont on n’a que peu parlé !), et les pertes de compétences que cela a entraîné, ne permettent plus,    aujourd’hui, à l’entreprise d’entretenir ce réseau.

En fait, France Telecom n’est plus ni au service de l’État, ni des citoyens, mais au service de ses    actionnaires.

Ce qui est le plus surprenant c’est que cela surprenne l’État, et que cette décision ait été attaquée    début 2012 par la Direction centrale de la sécurité civile qui a demandé à Orange de poursuivre la maintenance. Il ne semble pas y avoir de communication entre Bercy (le Ministère des finances)    qui a fortement pesé, à l’époque, pour obtenir la privatisation de France Telecom, et le Ministère de l’intérieur. Bercy récupère en effet 1,5 milliards d’euros au titre des dividendes chaque    année. Aujourd’hui, après plusieurs rebondissements juridiques, le dossier est désormais entre les mains du Conseil d’État.

Faute d’entretien, une partie des 4500 communes rattachées au Réseau national d’alerte connaît des ratés; évidemment    !

Et comme d’habitude les affaires qui étaient de la responsabilité de l’État (et donc à sa charge), sont mises    progresivement à la charge des collectivités locales (et donc des impôts locaux !). C’est ce qu’il semble de dégager de l’évolution du dossier.

A vos impôts locaux ! La préfecture des Yvelines a envoyé, par exemple, un courrier à chacun des maires    du département pour leur demander de continuer à entretenir et tester les sirènes.

Voilà une nouvelle affaire qui montre que la privatisation de France Telecom était un non-sens, et qui s’ajoute aux    arguments qui militent pour une réappropriation publique des télécoms.

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Elections dans les Très Petites Entreprises (TPE): Toutes les raisons de voter CGT

Posté par UL CGT ELBEUF le 1 décembre 2012

Elections dans les Très Petites Entreprises (TPE): Toutes les raisons de voter CGT dans videos th1Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

A partir du 28 novembre, vous avez le droit de voter ! N’hésitez pas ; votez CGT ! C’est pour vous !

Publié dans videos | Pas de Commentaire »

L’aide européenne alimentaire pour les plus démunis toujours menacée

Posté par UL CGT ELBEUF le 1 décembre 2012

        L'aide européenne alimentaire pour les plus démunis toujours menacée  dans videos th                                                      
Réunis en Assemblée générale, les 23, 24 et 25 novembre, à Saint-Etienne, les délégués ont appelé à la mobilisation générale et tirent    le signal d’alarme auprès des décideurs européens qui ne semblent pas voir l’urgence de la situation, ainsi que les conséquences dramatiques sur la santé et la sécurité des personnes que    l’association rencontre quotidiennement dans ses permanences d’accueil.

Acteur incontournable depuis 25 ans du PEAD, le SPF ne peut que s’alarmer de cette situation, car les besoins des    personnes qu’il rencontre quotidiennement vont s’accroissant.

En lire plus sur le site du Secours    populaire

Publié dans videos | Pas de Commentaire »

« Pôle emploi hors la loi » : campagne nationale du Comité CGT des privés d’emploi

Posté par UL CGT ELBEUF le 24 novembre 2012


« Pôle emploi hors la loi » : campagne nationale…

Présentation de la campagne nationale « Pôle emploi hors la loi » organisée par le Comité National CGT des Chômeurs et Précaires. Luisa Benbouzid détaille le système des indus et trop perçus réclamés par Pôle Emploi aux chômeurs et précaires.

Publié dans videos | Pas de Commentaire »

Négociations Arrco et Agirc: Le Medef veut faire payer les pensionnés et raboter les retraites

Posté par UL CGT ELBEUF le 24 novembre 2012

Négociations Arrco et Agirc: Le Medef veut faire payer les pensionnés et raboter les retraites  dans Infos blog-logo0117« Une grande partie de l’effort doit porter sur les    prestations »;C’est par ces mots que la délégation patronale a entamé la présentation de ses propositions pour les régimes Arrco et Agirc à l’occasion de l’ouverture    des négociations.

Prétextant de la situation financière dégradée des régimes, le Medef a clairement annoncé la couleur. Il a d’ailleurs    indiqué que les dispositions avancées étaient « peu plaisantes »… Quelle élégance !

La mesure phare consisterait en un gel des pensions pendant 3 années ou une sous indexation (1 point    en dessous de l’inflation) pendant cinq ans.

Dans les deux cas, la perte de pouvoir d’achat s’élèverait à environ 6 %, en supposant une inflation moyenne de    2 %.

D’autres mesures sont également évoquées, en particulier pour durcir les conditions d’accès à la réversion.

Une autre mesure, un peu compliquée pour les non initiés, a également été évoquée : elle consisterait en un    abattement de 10 % sur la part AGFF pour les salariés n’ayant pas atteint l’âge d’annulation de la décote, soit 65 ans porté progressivement à 67 ans et jusqu’à cet âge. Quand on pense que    les initiateurs de telles mesures nous disent que le système est trop compliqué et que cela justifie une réforme de l’ensemble du système…

Ce qu’il faut en fait retenir, c’est une baisse supplémentaire de la pension.

Compte tenu du caractère très régressif des dispositions proposées par la délégation patronale, la CGT, qui avait fait    la déclaration préalable ci-jointe, a proposé de suspendre la séance pour un retour vers ses instances. Le Medef a refusé. La CGT a donc décidé de quitter la séance, se refusant à engager les    discussions sur de telles bases.

Des dispositions sont d’ores et déjà prises pour informer les salariés et les retraités de la situation.

Il apparaît très clairement que seule la mobilisation des salariés et des retraités permettra d’engager les discussions    sur de toutes autres bases, plus conformes à leurs intérêts.

Montreuil, le 23 novembre 2012

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Contre le chômage-Pour l’emploi: chômeurs & précaires, tous à Paris le 1er décembre 2012

Posté par UL CGT ELBEUF le 24 novembre 2012

Contre le chômage-Pour l’emploi: chômeurs & précaires, tous à Paris le 1er décembre 2012 dans videos th

            
10e manifestation de lutte des chômeurs et… par ulcgtparis11

Aujourd’hui, il y a plus de 5 millions de chômeurs ! C’est  8 millions de personnes vivant sous le seuil de    pauvreté.

Plans sociaux, licenciements massifs, délocalisations, casses industrielles se succèdent tous les jours en laissant au    bord du chemin des familles qui se démènent pour survivre.

La colère est là ! Le 1er décembre, chômeurs, précaires, salariés, nous battrons le pavé parisien. Dans la continuité    de la journée de mobilisation du 9 octobre et du 14 novembre, pour la défense de l’emploi et de l’industrie, nous restons déterminés à porter haut et fort nos revendications pour une vie    meilleure et plus de justice sociale.

Nous avons tous été soulagés de voir Sarkozy et l’UMP débarrasser le plancher ! Mais aujourd’hui, malgré les belles    promesses du gouvernement HOLLANDE-AYRAULT rien ne change pour les travailleurs et encore moins pour les chômeurs…

Face aux licenciements, aux destructions d’emplois, à la politique de sanctions et de radiations de pôle-emploi et aux    pressions du patronat, ensemble portons notre colère dans la rue.

Nous voulons un véritable service public de l’emploi

  • - Nous voulons un emploi stable, choisi, qualifiant pour tous.
  • - Nous exigeons, le SMIC à 1700€ comme salaire de base.
  • - Nous exigeons l’augmentation des salaires, pensions, indemnités chômage.
  • - La prime de Noël à 500€ pour tous les demandeurs d’emploi.
  • - Nous exigeons l’arrêt des licenciements.

Publié dans videos | Pas de Commentaire »

TPE: Décision de la Cour de Cassation du 15 novembre 2012 portant sur le scrutin TPE

Posté par UL CGT ELBEUF le 23 novembre 2012

TPE: Décision de la Cour de Cassation du 15 novembre 2012 portant sur le scrutin TPE  dans Infos siglecgtelbeuf12

2012-cgt-tpe dans Infos

Lu sur le site de la CGT

« La Cour de Cassation du jeudi 15 novembre 2012 vient de confirmer la décision en date du 29 octobre du Tribunal d’Instance du 15e arrondissement de Paris, visant à l’annulation de la candidature aux élections TPE de l’organisation dite « syndicat anti-précarité ».

Dans sa décision, la Cour de Cassation confirme « que l’activité de l’organisation consistait exclusivement à proposer des services rémunérés d’assistance et de conseil juridique » et que, ce faisant, l’objet de l’organisation n’est pas conforme aux dispositions de l’Article L.2131-1 du Code du travail.

La CGT, à l’initiative de ce recours en annulation, se satisfait de cette décision.

Notre démarche ne visait pas à réduire la concurrence syndicale dans le scrutin TPE mais à permettre précisément aux salariés des TPE de voter pour l’organisation syndicale de leurs choix sans être confrontés à des officines à caractères politique ou commercial dont l’objet dénature totalement le fait syndical.

Comme nous le disions déjà lors de notre recours, cette situation aurait pu être évitée si de véritables représentations des salariés avaient été mises en place à l’occasion du scrutin qui se déroulera du 28 novembre au 12 décembre prochain.

Nous continuons d’exiger que les salariés des Très Petites Entreprises (TPE) puissent élire de véritables représentants, portant leurs revendications dans des lieux de négociations à créer en territoires.

Le vote en faveur du sigle CGT du 28 novembre au 12 décembre prochain portera entre autre cette exigence.

Montreuil, le 16 novembre 2012 »

pdf-dist Télécharger le communiqué de la CGT

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

La compétitivité: c’est la capacité à améliorer durablement un niveau de vie, de cohésion sociale et d’emploi, pas le contraire !

Posté par UL CGT ELBEUF le 23 novembre 2012

La compétitivité: c'est la capacité à améliorer durablement un niveau de vie, de cohésion sociale et d'emploi, pas le contraire !  dans videos th3-120x1002Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

Extraits: 

« (…) La mesure phare du pacte de compétitivité consiste encore en un cadeau fiscal de 30 milliards d’euros aux entreprises, sans aucune espèce de contractualisation.

Cette mesure part du principe que la compétitivité des entreprises est liée forcément à la baisse du coût du travail, ce qui est absolument inacceptable pour la CGT.

La compétitivité, selon la CGT, mais aussi selon le Comité Economique Social et Environnementale, c’est la capacité à améliorer durablement un haut niveau de vie, de cohésion sociale et d’emploi. Or jusqu’à présent on lie la compétitivité à la baisse du coût du travail.

Les mesures qui sont prises par le gouvernement, sur recommandation d’un grand patron, Louis Gallois, ce sont des mesures qui vont une nouvelle fois dans le sens de donner des cadeaux fiscaux aux entreprises, qui s’ajoutent aux 172 milliards d’exonération de cotisations sociales et fiscales déjà accordés

Avec des effets extrèmement néfastes sur l’emploi, mais aussi sur la précarité, et les salaires, et le pouvoir d’achat, et donc sur la croissance, car 50% de la croissance c’est de la consommation « 

Publié dans videos | Pas de Commentaire »

Pont Mathilde de Rouen: lettre de l’Union départementale CGT au Préfet de Seine-Maritime

Posté par UL CGT ELBEUF le 23 novembre 2012

Pont Mathilde de Rouen: lettre de l'Union départementale CGT au Préfet de Seine-Maritime  dans Infos siglecgtelbeuf8Monsieur le Préfet,

Depuis plusieurs jours, les salariés Seino-Marins subissent d’importants désagréments suite à l’accident survenu sur le pont Mathilde.

Certes des mesures ont été prises, mais elles sont loin de répondre à toutes les problématiques du moment.

Les questions liées à cette situation dépassent les simples notions de plan de circulation. Elles touchent aujourd’hui l’organisation du travail et de la vie. Même si nous mesurons les difficultés rencontrées et les premières réponses apportées, ce dossier ne peut pas n’être vu que par les élus ou les services de l’Etat.

Pour exemple :

  • 1. Les postiers qui assurent le portage/collectage ne sont plus en mesure de respecter les horaires prévus dans les contrats, cela nécessite bien évidemment des mesures de réaménagement des tournées, tout en abordant la problématique emploi.
  • 2. Des salariés arrivent en retard régulièrement, il n’est pas question de voir un de ceux-ci licencié pour ce motif, des mesures doivent être envisagées de manière très large en terme d’aménagement des horaires de travail.
  • 3. Partir plus tôt, rentrer plus tard implique pour beaucoup de salariés des horaires de garde d’enfants supplémentaires et donc à l’heure où les salaires n’augmentent pas, une baisse du pouvoir d’achat.

Monsieur le Préfet, au regard de ces trois exemples, vous conviendrez que la situation liée à la fermeture du pont Mathilde nécessite de réunir autour d’une même table : les représentants de l’Etat, des collectivités locales, des salariés, des usagers et du patronat Seino-Marins.

Pour la CGT, depuis plus de quarante ans, nous portons des propositions sur la question des transports en Seine-Maritime tant sur le plan du fret que du voyageur. C’est à l’occasion du 27ème congrès de notre union départementale, en novembre 1970, que dans le rapport adopté par les congressistes  figurait l’interdiction des transports de matières dangereuses par camion, favorisant ainsi le transport par le fret SNCF.

De notre point de vue, la situation d’aujourd’hui appelle des mesures immédiates  et des mesures à moyen et long termes. Nous sommes disposés à apporter notre contribution à la réflexion, favorisant le transport collectif en Seine-Maritime. Or le conflit à la TCAR, avec le refus de la direction de répondre aux revendications des salariés n’est pas fait pour favoriser le développement du transport urbain dans l’agglomération rouennaise. Dans le même registre, les problématiques rencontrées aujourd’hui à la SNCF ne sont pas de nature à améliorer les conditions de transport des usagers de Seine-Maritime.

Comptant sur votre attachement à la qualité de vie des Seino-Marins, au travail et hors travail, nous restons à votre disposition sous la forme que vous jugerez utile.

Dans l’attente, recevez Monsieur le Préfet, l’expression de nos sentiments distingués.

Le Secrétaire Général

Régis GASSE

Rouen le 14 novembre 2012

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Les salariés dans les médias, c’est pour quand ?

Posté par UL CGT ELBEUF le 23 novembre 2012

Les salariés dans les médias, c’est pour quand ?  dans Infos siglecgtelbeuf6Le regard porté sur les salariés, sur les hommes et les femmes qui produisent les richesses et sont les seuls facteurs de croissance réelle, est tout de même assez singulier dans notre pays.

Ah, certes, on voit des micros et des caméras aux portes des entreprises. Mais c’est pour filmer des larmes ou des bribes de mots de colère. L’émotion, oui, bien sûr, la compassion parfois, mais pas la raison, jamais la raison.

Quand est-ce que, sur les chaînes de télévision, a-t-on vu, que ce soit pour Petroplus, pour PSA, pour Sanofi, ou d’autres entreprises en lutte, et même Alpine, les responsables syndicaux interviewés?

Pourtant les responsables syndicaux avancent partout des propositions, des idées, des alternatives. Ils ont les pieds sur terre (et les mains dans le cambouis). Ils mériteraient d’être interrogés, de la même manière que l’on interroge les patrons.

Quand a-t-on vu de vrais débats contradictoires portant sur le fond, prenant au sérieux les arguments des salariés et de leurs représentants ? Jamais !

Tout se passe comme si les fausses évidences patronales ou les truismes du pseudo « réalisme économique«  n’avaient seules de la valeur.

Lequel pseudo « réalisme économique » n’est autre qu’un l’alibi. Ceux qui ne veulent surtout pas toucher à ce désordre des choses qui provoque licenciements, baisse des salaires, et délocalisations, en font leur règle de fonctionnement.

Aujourd’hui les idées, la parole, et l’intelligence des travailleurs font l’objet d’une véritable omerta.

Pour ceux qui décident des idées dont on fera écho à la télé, seules les idées des gros actionnaires seraient dignes d’intérêt, alors que ce sont eux dont les choix nous ont conduits dans la crise et qui la renforcent.

On peut remarquer au passage qu’une omerta du même ordre s’applique aussi à tous les économistes qui s’inscrivent en faux contre le cours dominant.

Tout se passe donc comme s’il était organisé un grand lavage de cerveau par mass médias interposé, pour faire accepter au plus grand nombre – les salariés et les retraités – ce qui est martelé à longueur d’antennes comme étant une fatalité : l’austérité.

C’est là-dessus, aussi, que le changement de majorité était attendu.

Le changement c’était maintenant, mais maintenant il se fait attendre, tandis que les plans sociaux se succèdent comme jamais.

Il est vrai que les mots ne sont plus ceux de la haine ou ceux du mépris, quand bien même le gouvernement jusqu’alors semble avoir été plus sensible aux plaintes patronales et aux envolées des pigeons qu’aux attentes de salariés.

Quand le gouvenrnement va-t-il se décider à prendre réellement en compte le fait que les salariés ne sont pas un problème appelant au mieux des protocoles compassionnels, mais qu’ils sont l’essentiel des solutions?

Quand va-t-il enfin considérer que c’est avec de l’intelligence collective, avec de la mise en commun des propositions que l’on peut avancer.

Comment ne pas évoquer ici, comme un véritable déni de parole, le scandale de la décision, pour Petroplus, d’un tribunal de commerce tenant même pour nulles les perspectives de reprise de la raffinerie ?

On a entendu le Premier ministre sur France Inter, rendre un hommage appuyé aux cheminots. On a entendu aussi que l’État et les salariés seraient désormais représentés à la tête de PSA. On a entendu que  des représentants des salariés entreraient (minoritairement !) dans les conseils d’administrations

On attend qu’il intervienne pour que l’on fasse plus de place aux représentants des salariés dans les médias.

On attend aussi que ce ne soient plus les seuls experts du Medef qui soient interrogés, et, par exemple, qu’ils ne soient plus les seules à tenir quotidiennement chronique sur les radios et télévisions aux heures de grande écoute (comme par exemple Dominique Seux sur France Inter !).

On attend que le pluralisme entre enfin à la radio et à la télévision.

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

AVS/EVS : nouvelle condamnation des employeurs de l’Éducation Nationale ! (CGT Educ’Action 76)

Posté par UL CGT ELBEUF le 23 novembre 2012

AVS/EVS : nouvelle condamnation des employeurs de l’Éducation Nationale ! (CGT Educ'Action 76)  dans Infos siglecgtelbeuf5Communiqué du syndicat CGT Educ’Action 76

Le Conseil des Prud’hommes de Rouen a rendu son jugement le jeudi 25 octobre 2012 concernant la situation de 39 ex-salariés EVS/AVS. Il a prononcé la requalification de leur contrat en CDI assortis des indemnités et dommages pour licenciement abusif pour des sommes variant de 4 000 à 12 000 euros.

Cela fait près de 500 000 euros que le Rectorat devra débourser pour indemniser les 39 ex-salariés qui s’ajoutent aux 950 000 euros pour les 81 ex-salariés déjà condamner par le conseil des prud’hommes de Rouen. 120 salariés, défendus par la CGT, viennent ainsi de faire respecter leur droit. Une centaine de nouveaux recours vont avoir lieu prochainement.

Il serait temps que le Rectorat prenne enfin conscience de la gravité de la situation et mette enfin en oeuvre les formations conformément au cadre législatif.

Il serait temps que le gouvernement prenne enfin la mesure et ouvre rapidement des négociations pour créer les formations, qualifications et diplômes correspondant aux missions d’AVS et créé les emplois statutaires correspondant. Les personnels qui ont l’expérience de cette fonction doivent pouvoir rentrer dans le cadre d’emploi.

La CGT Educ’Action 76 rappelle son exigence de création d’emplois statutaires dans la Fonction Publique correspondant aux missions exercées par les EVS/AVS assortis d’une réelle formation débouchant sur une qualification et un diplôme, et la titularisation des personnels qui ont exercé ces missions et qui le souhaitent.

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

La dette publique: en Belgique aussi !

Posté par UL CGT ELBEUF le 23 novembre 2012

La dette publique: en Belgique aussi !   dans videos th3-120x100

 

Pour comprendre l’arnaque de la dette, vu de la Belgique :

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans videos | Pas de Commentaire »

Turquie : Grève à l’usine Renault de Bursa

Posté par UL CGT ELBEUF le 23 novembre 2012

 

Turquie : Grève à l’usine Renault de Bursa  dans Infos siglecgtelbeuf2Lundi et mardi derniers, l’usine de BURSA en Turquie a été paralysée par un mouvement de grève. Patron et syndicats sont en négociation sur les hausses de salaire pour la période 2012/2014. Les travailleurs de cette usine ont protesté contre la proposition d’une hausse de 18% des salaires mis en avant par le syndicat unique. Ce syndicat a été mis en place par le régime militaire turc et il n’est pas celui choisi librement par les travailleurs de l’usine.

 

renaultturquie.jpg

 

 

Les travailleurs estiment en effet que 18% de hausse de salaire face à la flambée des prix c’est insuffisant. Les grévistes ont mis en avant une hausse d’environ 40% comme par exemple : le gaz. Le litre de gasoil est encore plus cher qu’en France, il est de plus 2€.

Pour rappel, le SMIG en Turquie est à 400 euros et les salaires chez Renault vont de 500 à 1.000 euros. En clair l’inflation est énorme et les salaires ne suivent pas.

L’usine compte 6.200 travailleurs. La grève est partie lundi 12 novembre après-midi de Tôlerie et a rapidement touché le montage et les autres secteurs.

Pour éviter la contagion à l’équipe de nuit, la direction a annulé la séance de travail de nuit et fait intervenir la police turque. Pour disperser le rassemblement devant l’usine, des affrontements ont eu lieu et 3 travailleurs ont été blessés.

La direction a considéré que la grève était illégale puisque le syndicat « maison » n’a pas appelé. Elle a procédé aux licenciements immédiats de 21 travailleurs.

Les travailleurs se sont mobilisés pour défendre leurs droits. Renault les a réprimés par des coups et des matraquages avec l’aide de la police, de ses cadres et même de délégués du syndicat « maison ».

Les travailleurs turcs ont par le passé démontré leur capacité à résister et se battre contre les pires dictatures et Renault d’une façon ou d’une autre devra céder aux revendications des travailleurs.

La CGT du groupe Renault a écrit à la direction générale pour protester contre les licenciements et les méthodes de Renault BURSA et a demandé la réintégration immédiate des travailleurs licenciés.

 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Logement social: Oui à la mobilisation du 1 % Logement ; Non à sa spoliation !

Posté par UL CGT ELBEUF le 23 novembre 2012

Logement social: Oui à la mobilisation du 1 % Logement ; Non à sa spoliation !  dans Infos siglecgtelbeuf

Lu sur le site de la CGT

 

La CGT approuve la volonté de « construire plus » et souscrit à un effort supplémentaire de construction de logements demandé à Action Logement.

Pour autant cela ne peut masquer le désengagement financier de l’État qui se traduirait, à terme, par une accessibilité au logement social de plus en plus problématique pour le plus grand nombre et par des loyers inabordables pour la majeure partie des ménages ; deux des caractéristiques qui sont celles de la crise du logement aujourd’hui.

L’accord conclu entre Action Logement et le gouvernement est à la fois un habile trompe l’œil et la lecture en creux d’une politique de désengagement financier de l’État qui perdure malgré le changement de gouvernement.

La loi de finances 2013 pour le volet logement est en baisse de 400 Millions d’euros, et ne peut répondre à l’ambition de 150 000 logements sociaux nouveaux à construire par an.

A y regarder de près, la lettre d’engagement augmente le montant du prélèvement de l’État sur le « 1 % logement » et le prolonge avec pour menace, faute de ressources suffisantes, la disparition à terme pure et simple d’Action Logement au service des salarié-e-s pour l’accès et le maintien dans le logement.

Elle va également à l’encontre de l’objectif de mixité sociale en limitant les prêts à l’association Foncière Logement, rendant impossible toute opération dans le cadre de la rénovation urbaine. Elle favorise la marchandisation du logement social en permettant à Action Logement de vendre son parc pour dégager des ressources nouvelles d’investissement.

1 million de salarié-e-s bénéficiant des produits d’Action Logement en 2009, 660 000 en 2011 et au mieux 500 000 en 2013, voilà la réalité de la lettre d’engagement que la CGT n’a pas cautionnée, tout en proposant d’autres choix.

La CGT continuera à œuvrer au sein d’Action Logement et avec ses syndicats dans les entreprises et les territoires pour que l’accès et le maintien dans le logement soit un droit effectif pour l’ensemble des salarié-e-s ; pour que le salaire socialisé ne soit pas détourné de sa finalité initiale.

Pour la CGT, l’urgence demeure de donner vie à l’accord historique signé en 2012 par tous les acteurs sociaux, syndicats et patronat, afin de participer à la production de 100 000 logements par an à partir des besoins recensés dans les bassins d’emploi.

Le retour à une relation de confiance, apaisée et respectueuse de chacune des parties passe par la prise en compte par le gouvernement d’un dialogue social réel et non l’accord sous la contrainte.

Montreuil, le 12 novembre 2012

 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

1...34567...23
 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...